Chapitre 3 : Le Grand Bal.

Ingel s’était déjà avancée dans la couloir où elle marchait d’un pas rapide. Emily la rattrapa tant bien que mal, tenant sa robe à deux mains pour éviter de marcher dessus. Elle découvrit les lieux où elle se trouvait avec un mélange de curiosité et d’appréhension. Nul doute, elle était bien dans un château. Les plafonds atteignaient des hauteurs effroyables et des statues diverses ornaient des niches aménagées dans les murs en pierre du couloir. Des chandeliers éclairaient leur chemin comme en plein jour, bien qu’elles ne croisèrent pas une seule fenêtre. Elles traversèrent plusieurs pièces décorées avec ostentation, meublées d’objets d’un autre temps. Tout cela dans un silence complet qui oppressait Emily. Elle aurait voulu discuter encore avec Ingel, elle avait tant de questions à lui poser ! Mais le rythme de leur marche l’en empêchait : elles couraient presque. L’ambiance déjà pesante s’était empirée et Emily eut l’impression que les pièces et couloirs qu’elles traversaient se teintaient d’une brume rougeâtre des plus inquiétantes. Après une course qui dura une éternité et qu’Emily aurait bien été incapable de refaire à l’envers, elles arrivèrent devant une immense double porte couverte de dorures et sculptures. Il était difficile de ne pas s’extasier devant la finesse des détails, la délicatesse des moulages, à moins de penser complètement à autre chose. C’était le cas d’Emily, dont l’esprit était préoccupé par un ensemble de problèmes et de questions bien au-delà de l’appréciation de l’architecture qui s’affichait devant elle.

– Nous sommes arrivées, Mademoiselle. Je dois vous laisser ici, je n’ai pas le droit d’entrer par la grande porte.

– Mais comment … ?

– Au revoir, Mademoiselle.

Ingel s’éloigna alors que la porte s’ouvrait en grand.

Partie 2 : La salle de bal.

Si Emily avait connu le mot « fastueux », nul doute qui lui serait venu à l’esprit en découvrant la salle de bal. Mais à son âge, on ne réagissait pas ainsi.

– Putain, c’est quoi ce bordel ?

Le sol était recouvert de marbre noir, les murs de marbre blanc et le plafond en verre : on voyait à travers un ciel étoilé, une lune blafarde. De nombreuses colonnes s’élançaient vers le fond de la salle où se dressaient les trônes qui ne manquaient jamais d’orner de telles pièces. Ils dominaient la pièce de leur hauteur et devaient être en or car ils étincelaient, comme si toute la lumière provenaient de là. En réalité, elle provenait de lustres innombrables qui surplombaient la pièce. Un silence pesant régnait dans les lieux. Tous les regards s’étaient tournés vers Emily. La pièce était en effet remplie d’une foule richement apprêtée. Des robes de toutes les couleurs côtoyaient de sombres costumes. Chaque invité portait un masque élégant, qui rappela à Emily ceux des carnavals de Venise. Un jeune garçon, vêtu d’un costume bleu, s’écria alors :

– Mademoiselle Emily ! Invitée d’Honneur du Grand Bal !

La foule s’écarta devant elle, lui ouvrant un chemin vers l’estrade aux trônes. Emily n’osait plus bouger. La tension était palpable autour d’elle, se mêlant à une odeur rance qui lui piquait les narines.

– Allez-y, Mademoiselle, murmura le jeune garçon. Ne les faites pas attendre.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7

Laissez un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.